10 actions pour relancer une entreprise au bord de la faillite












« Inspirez vous des méthodes des meilleurs » - La méthode de Carlos Ghosn pour redresser Nissan en 10 actions.

En 1999,  au Japon, Nissan est au bord de la faillite, la société automobile est confrontée à une dette record de 22 milliards de dollars, ses parts de marché s’effondrent et l’ensemble de son modèle économique s'essouffle. L'entreprise est jugée impossible à redresser selon les constructeurs automobiles.

Trois ans plus tard, Nissan est en excellente santé !


Les ventes sont au plus haut, la dette a été réduite de plus de 80 % et la société automobile affiche des bénéfices records.


Cette remontée miraculeuse est le fait d’un seul homme, un homme d’affaires hors du commun : Carlos Ghosn, l’actuel PDG du groupe Renault-Nissan.

A travers un style de management unique, ce génie des affaires a réussi à redresser une société qui était promise au dépôt de bilan.


« Inspirez-vous de méthodes validées et éprouvées ».


Je pense que les petites et grandes entreprises peuvent tirer profit des enseignements issus de la méthode de Carlos Ghosn. Elles  y auraient tout à gagner en réajustant à leur profit certaines mesures correctives mises en œuvre par l’homme d’affaires pour redresser de manière spectaculaire une entreprise en perte de vitesse.


Les 5 manques qui conduisent une entreprise au dépôt de bilan


Carlos Ghosn a identifié les 5 manques qui, selon lui, conduisent une société à la faillite :

1. Le manque de volonté pour réaliser des bénéfices.

2. Le manque de volonté pour donner satisfaction aux clients.

3. Le manque de volonté pour dépasser les limites entre les différents services de l’entreprise.

4. Le manque d’un sentiment de crise.

5. Le manque d’une vision claire de l’avenir et d’un projet à long terme partagé.



Carlos Ghosn a refusé de nombreuses propositions de "sauvetage" provenant des cabinets de conseils car selon lui on ne peut transposer des idées préconçues dans des contextes différents.





En partant de cette analyse, l’homme d’affaire, au style de management très personnel, a mis en place un plan d’action avec des objectifs précis, chiffrés, considérés par ses collaborateurs comme trop ambitieux, mais qui malgré tout ont été atteint en deux ans au lieu des trois ans prévu.

La volonté de Carlos Ghosn est ferme, son engagement est clair : réduire l’ensemble des coûts de l’entreprise.
- Réduire la dette financière de 1 400 milliards de yens à moins de 700 milliards de yens.
- Réduire les coûts d’exploitation de 1 000 milliards de yens.
- Réduire le nombre d’usines de montage au Japon de 7 à 4.
- Réduire le nombre de plates-formes véhicules au Japon de 24 à 15.
- Réduire l’effectif mondial de 21 000 personnes (14 % de l’effectif global), dont 16 000 au Japon.



Voici une synthèse des grandes actions de ce super PDG qui a sauvé  le groupe automobile Nissan.


10 actions efficaces pour redynamiser et redresser une entreprise :


1. Diminuer le nombre de fournisseurs


Nissan avait plus de 1100 fournisseurs ! Cet environnement était illisible et contre productif !

Travailler avec trop de fournisseurs différents ne permettait pas d’harmoniser les pratiques logistiques et de justifier d’économies d’échelles.

Carlos Ghosn a alors souligné que les coûts d’achats de Nissan étaient en moyenne supérieurs de 15 à 20 % par rapport à ceux des autres constructeurs automobiles.
Carlos Ghosn a donc décidé de passer de 1100 fournisseurs à 600 fournisseurs.

Pour cela, il a fait le ménage en déclarant qu’il travaillera en priorité avec les premiers fournisseurs qui lui proposeront des solutions compatibles avec les nouveaux objectifs de l’entreprise. En ne donnant aucun délais aux fournisseurs pour exprimer leurs intentions, Carlos Ghosn les met au pied du mur, ce qui a permis d’accélérer les retours de propositions et incité les fournisseurs à innover.

Cette mesure a permis de réduire les coûts d’achats du groupe de 20 %.


2. Se désengager de tous les partenariats non stratégiques


Carlos Ghosn décide de ne conserver des participations de Nissan que dans 4 sociétés au lieu de 1394 ! 
Se disperser dans de nombreuses activités est contre-productif, il faut éliminer le superflu et recentrer ses actions sur les activités rentables. Vous ferez ainsi des économies en frais de gestion.


3. Réduire vos capacités de production pour augmenter le taux d’utilisation de l’outil de production


La production automobile annuelle de Nissan ne représentait que 53 % de la capacité totale du groupe. 

Un chiffre inadmissible que Carlos Ghosn décide de ramener à plus de 80 % en fermant les établissements les moins productifs. 

Les capacités de production du groupe ont ainsi été réduites de 30% par la fermeture au Japon de 3 usines sur 7 et de 9 plates-formes véhicules sur 24. Le groupe a ainsi pu atteindre un taux d’utilisation de son outil de production de 82 % contre 53 %.



4. Investir dans l’innovation même en période de crise

En situation de crise, l’innovation est un formidable levier de croissance qui peut redresser de manière significative une entreprise en danger.

Carlos Ghosn a appliqué cette règle en s’engageant à lancer 22 nouveaux modèles de véhicules en 3 ans.
Alors que l’entreprise automobile enregistre de fortes pertes et que plusieurs usines ont fermées, Carlos Ghosn a investit massivement dans la R&D en faisant passer le budget de 3,7 % du chiffre d’affaires à 5 % et a crée plus de 500 postes.


5. Etre transparent avec ses salariés et les clients pour regagner leur confiance.

Oubliez la culture du secret, la communication doit se faire selon un mode d’échange familial.

En situation de faillite, de nombreuses entreprises ont honte et cachent leur état de détresse. Elles font alors appel à la prudence et au silence.

Selon  Carlos Ghosn, cette pratique est limitante.

Il faut être limpide avec ses collaborateurs et ses clients !

C’est le meilleur moyen de regagner leur confiance !

Avouer que votre entreprise est en difficulté puis afficher une volonté inflexible pour la redresser en dépassant les limites du possible pour satisfaire vos clients, est une attitude qui attire la bienveillance et favorise le soutient des clients.


6. Instaurer un sentiment d’urgence pour obtenir l’adhésion rapide des collaborateurs

Cette règle appui la règle précédente concernant l’abolition de la culture du secret en entreprise.

La société est en crise ! Les salariés doivent en être conscients !

Carlos Ghosn avait le sentiment que le redressement du constructeur automobile ne pouvait se faire qu’en bousculant les pratiques traditionnelles de l’entreprise.

Pour fluidifier la conduite vers un changement nécessaire, il est impératif d’obtenir l’adhésion des collaborateurs.

Pour cela, il faut créer un sentiment d’urgence en s’appuyant sur les données chiffrées de l’entreprise (% chiffre d’affaires en baisse, nombre d’emplois qui seront détruits, taux de défection des clients, taille de la dette, etc.).

L’urgence et le sentiment de crise vont créer un électrochoc indiscutable chez les salariés et les fédérer fortement autour du projet de sauvetage de leur entreprise. Chacun comprendra ainsi qu’il est nécessaire de prendre des mesures de rupture pour réduire les coûts de l'entreprise.


7. Les solutions doivent en priorité venir  de l’intérieur de l’entreprise


La conviction profonde de Carlos Ghosn est que pour redresser une entreprise, les salariés détiennent les clés pour faire émerger des solutions pertinentes de sortie de crise car ils ont une connaissance intime des modes de fonctionnement de l’entreprise et ils sont les mieux placés pour identifier rapidement les dysfonctionnements et proposer des améliorations.

Les solutions du plan de relance de Nissan sont en parties issues de l’analyse des salariés de l'entreprise.

Carlos Ghosn s’est rendu sur tous les sites de Nissan dans le monde et a recueillit de nombreux avis de ses collaborateurs puis en croissant les informations, il a pu en extraire les priorités du groupe automobile.


8. Comment impliquer les collaborateurs dans le processus de changement


En période de crise, peu d’entreprises sollicitent leurs salariés, leur approche est plutôt Top-Down : la hiérarchie ordonne et les salariés s’exécutent !

Mais pour dynamiser une entreprise, les salariés ne doivent plus être de simples spectateurs du temps qui passe, mais des acteurs intégrés au mouvement.

En entreprise, la plupart des salariés recherchent la reconnaissance, ils veulent être reconnus comme utiles à l’entreprise, se sentir valorisés.

Suivant ce principe, Carlos Ghosn a mis ainsi en place des groupes de travail ayant pour objectifs de résoudre des problématiques métiers et de trouver des solutions de ruptures mais réalistes dans divers domaines de l’entreprise : le développement de l’activité, la réduction des coûts fixes, le marketing, la politique d’achats, la fabrication ou la logistique.


Carlos Ghosn laisse à ses collaborateurs trois mois ferme pour trouver des solutions radicales et a poussé à l’extrême leurs capacités de réflexion en leur demandant sans cesse de repousser les limites des changements possibles et de s’engager sur des résultats ambitieux.

Pour motiver ses collaborateurs, Carlos Ghosn met en place une prime au résultat allant jusqu’à 25% du salaire annuel de l'employé ainsi que des primes liées au succès du plan de relance de Nissan.
Ce travail de fond a été à l’origine du redressement de Nissan, il a permis à l’exécutif de rédiger la stratégie globale de relance du groupe automobile puis a articuler son déploiement.


9. Etre inflexible sur les délais


Tout Dirigeant doit rester inflexible sur les délais et s’engager fermement à respecter les deadlines.

Car le principal risque dans un processus de changement est l’enlisement lié à la lenteur de la mise en pratique des actions et le manque de volonté à remettre en cause les fondements d’une entreprise.  

Carlos Ghosn impose à ses collaborateurs de passer davantage de temps à agir et moins de temps à réfléchir.

Il demande entre autre au département  financier de passer 5 % de leur temps à la planification et 95 % à l’action (au lieu de 60% de planification et 40% d'action).


Carlos Ghosn a ainsi fait de la vitesse au changement une priorité, car il savait qu’en s’appuyant rapidement sur des résultats concrets, il serait plus facile de regagner la confiance des clients et des salariés.


10. L’engagement personnel du chef pour mobiliser ses collaborateurs

Le leadership du Dirigeant est déterminant dans tous les processus pour assurer le succès d'un plan de relance. Son engagement doit être exemplaire et sa volonté inflexible.



Carlos Ghosn s’est engagé sur des résultats fermes et pour donner davantage de crédit à sa volonté, il s’est mis en danger en affirmant que si des résultats n'étaient pas atteints, lui-même et les directeurs exécutifs démissionneraient.



La méthode de Carlos Ghosn est une méthode extrêmement puissante, éprouvée et d’une efficacité évidente.

Elle doit son succès au fait qu’elle s’appui sur des données chiffrées et indiscutables.  Les bons résultats obtenus lors des redressements des groupes automobiles Michelin, Renault et Nissan le prouvent.

On pourra enfin citer comme limite à cette méthode, la pression professionnelle qui doit être exercée sur les collaborateurs afin de les inciter à se sublimer et dépasser leurs limites.


C’est pourquoi, cette méthode nécessite un leader charismatique, un Dirigeant que l'on écoute, qui créer le consensus, qui est capable de fédérer et d’articuler la stratégie globale de l’entreprise.



Pour aller plus loin, voici 5 autres méthodes de PDG ayant réussi à redresser des entreprises au bord de la faillite : 5 repreneurs d'entreprise qui ont sauvé leur boite.









Crédit photo : http://www.freedigitalphotos.net/images/Charts_and_Graphs_g197-Businessman_Hand_Drawing_Graph_p80950.htm

Partagez l’article, seulement si vous aimez !!

Vos réactions : Laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES SONT EN DOFOLLOW

:ambivalent:
:angry:
:confused:
:content:
:cool:
:crazy:
:cry:
:embarrassed:
:footinmouth:
:frown:
:gasp:
:grin:
:heart:
:hearteyes:
:innocent:
:kiss:
:laughing:
:minifrown:
:minismile:
:moneymouth:
:naughty:
:nerd:
:notamused:
:sarcastic:
:sealed:
:sick:
:slant:
:smile:
:thumbsdown:
:thumbsup:
:wink:
:yuck:
:yum:

Article suivant
Article plus récent
Article précédent
Article plus ancien